Café craie

Rien pantoute que je voudrais qu’on fasse. S’inverser les yeux. Prends les miens, check, c’est de même que je te vois. J’peux bien prendre les tiens. Oh boy…c’est pas full beau de par chez vous non plus.
C’est tu juste moi ou c’est un peu morose? Le métro sent plus mauvais que d’hab’, c’est à peine croyable. Les bad hair day se sont transformés en everyday is a bad hair day. Mes jeans fittent pu, c’est lousse. Un peu lousse du cœur.
Je bois du café, ça goûte la craie, je me dis que c’est surement mes papilles qui sont virées sur top.
Calmez-vous.
Une chose à la fois.
C’est ce que tu me dis aussi. «Une chose à la fois petite fille, tu t’emballes pour des niaiseries. Un regard de travers n’est pas une menace de mort. Un mot croche t’enverras pas dans la fosse publique. Tsé, tu peux te calmer, me faire confiance, écouter ce que j’ai à te dire, prendre ça avec un grain de sel.»
Tu me dis tout ça, doucement, sans brusquer. Moi ce que j’entends c’est «blblbllblb» pis ce que je décode c’est «OMG FIN DU MONDE».
Pas de place pour la demi-mesure, juste du gros stress pis des angoisses quotidiennes. Pour me calmer j’essaie de boire de la tisane mais c’est vraiment dégueulasse, faut arrêter de se faire croire le contraire. Je vais prendre une marche. Le monde est laitte.
Arrêtez avec vos moustaches crime bine, c’est pas beau.
Pour me calmer, pour oublier, écouter Groenland, me dire «hey, ça va être okay, maman a fait de la lasagne.»
Me conforter dans la douceur, écrire des poèmes pourris :
Dans la lueur de tes yeux éteints
Le venin de tes souvenirs
Coule sur mon cœur de fer
Avoir envie de t’envoyer des textos vides, juste pour que tu saches que j’existe encore. Me faire chummy chummy avec le gars qui s’occupe des lampadaires pour lui dire de jamais les allumer. «Come on, on a juste une vie à vivre, on va faire ça un peu dangereux. YOLO criss fuck.»
Mais non.
Tu le sais que c’est pas ça. C’est plus, salut 9 à 5, bonjour café à la craie, coucou mijoté de bœuf pour souper, bye 22h dodo.
C’est ok de même. C’est transitoire. Reposant. Se refaire une santé qu’on dit. Avoir de l’énergie, du temps pour se concentrer sur soi. C’est ok. Plate un peu. Mais ok.
Bientôt je te promets que je vais essayer de faire du sens, comme y disent. Enligner mes idées, me brosser les cheveux, couper le café, traverser aux lumières. En attendant, faudrait bien que tu prennes soin de toi aussi. Même si c’est pas de mes affaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s